Signification rêve

Tribunal militaire

premier reve

Je suis dans une salle de tribunal militaire en forme d’amphithéâtre, les gradins hauts et planchers sont en bois, l ’ensemble est vieux, le décor date d’au moins 40 ans.

On sent qu’il y a du monde et une certaine effervescence. Il n’y a que des hommes en tenue militaire, cette salle est peu éclairée, on le voit à la couleur sombre des uniformes, on ne voit pas de fenêtres.

Je me trouve proche du "procureur" très occupé a traiter les affaires les unes après les autres. Je ne vois pas les accusés qui défilent. Mon champ de vision est limite au "procureur " homme d’âge mur à ma droite en regardant le bas de la salle (je vois tout ce qui est à ma droite et je sens vaguement ce qui est a ma gauche, soit la salle, les soldats), qui s’agite beaucoup et parle fort, à son assistant plus jeune debout à côté de lui sur le même gradin, mais silencieux et dont je ne distingue pas le visage, et, situé sur le gradin supérieur, au "juge suprême", homme dans la maturité et son assistant plus jeune, tous deux installés dans un espace fermé sous le gradin haut dont la partie supérieure a été découpée en rectangle et ou a été fixé une cloche rectangulaire en verre très très épais.

Je vois clairement le visage de ce "procureur", c’est de lui que physiquement je suis le plus proche, je ne vois pas le visage de son assistant mais seulement le corps, je vois aussi, bien qu’atténué par l’épaisseur de la vitre, le visage du "juge suprême" et son uniforme /costume luxueux, mais ne vois pas celui de son assistant.

Je sens la grande différence de classe sociale de ces deux couples, l’un en prise directe avec la salle l’autre a l’abri de celle ci.

Je vois aussi le ridicule de leur situation ; car étant à l’étage supérieur, il sont, pour leur protection, sous le gradin, leurs têtes se trouvent donc plus bas que le couple procureur et ils doivent lever un peu la tête pour parler, un peu comme dans un sous marin... Visiblement le procureur a réglé déjà pas mal d affaires... soudainement, excédé par le comportement du "juge suprême", il explose de colère, se retourne contre lui et lance avec violence un liquide rouge laissant sa forme incisive sur la bulle de verre : à chaque fois que le procureur traitait une affaire le juge négligeait totalement le réquisitoire du procureur...

deuxième rêve

Je me retrouve avec des officiers de l’armée, généraux, colonels, dans le salon d’un appartement bourgeois de taille moyenne.

Les hommes sont assis dans des fauteuils louis 16, il y a des tapis au sol ,le décor est dans l’ensemble assez vieux et ressemble a ce que j’ai pu connaitre dans ma famille il y a 30 ou 40 ans.

On boit un verre on discute, je suis participant mais je ne suis pas militaire, pourtant je fais partie de ce monde.

Il me semble que je prends la parole, en tout cas je suis vu alors que dans le rêve précédent pas du tout.

Le rêve a continué mais j’ai oublié la suite…


Un détail du premier rêve, mais sur lequel vous vous arrêtez précisément : vous voyez bien à droite, du côté de la conscience, et beaucoup plus vaguement ce qui est sur votre gauche, du côté de l’inconscient.

Par association physique, vous vous sentez plus proche du procureur que du juge suprême. Ce dernier a une position sociale supérieure, mais une position physique inférieure. Si dans ces deux phrases, on remplace physique par psychique (autrement dit vous projetez un ressenti psychique sur des particularités physiques, procédé très courant dans les rêves), vous vous sentez psychiquement proche du procureur, inférieur au juge par le rang social, mais supérieur à lui dans votre évolution psychique, dans votre processus d’individuation autrement dit (votre dossier "Jung" pour ce dernier terme).

Or le procureur a cette supériorité sur le juge, en matière de compétence, de travail effectué, de possibilité d’exprimer sa colère. En revanche, en raison de la différence de rang, cela ne touche en rien le juge, enfermé dans sa cloche de verre rectangle (cette forme constituant d’ailleurs un symbole évoqué dans notre dictionnaire).

A quelle situation réelle pouvez vous rapporter ces rapports de force ? Relations professionnelles très possiblement ? Autrement, symboliquement, la relation au père apparaîtrait clairement (et les deux possibilités, mêlées, auraient tout leur sens) : le juge suprême, c’est le Surmoi, héritier du complexe d’oedipe et donc du père. Ce castrateur interne, cette loi du Père intériorisée, qui impose la justice sans même écouter le Moi du sujet (le Moi, le procureur, celui à qui vous vous identifiez). Sur le Surmoi et le Moi, consulter cet autre dossier.

Un Surmoi surpuissant, suprême, que le Moi ne peut pas infléchir, le Moi qui agit chez un sujet, qui tient compte de l’environnement, des affaires à traiter et prend des décisions, mais que le Surmoi ignore avec insolence, même si, psychiquement, ce Surmoi est finalement moins évolué que le Moi. L’image correspond tellement à la théorie d’un Surmoi sévère qu’il est difficile de ne pas imaginer celui-ci comme l’objet principal de ce rêve.

Juges, militaires, le lien apparaît effectivement entre ces deux rêves, mais aussi la notion de rang social apparaissant dans le premier rattachable à ce salon bourgeois du second rêve. Les questions d’apparence et d’appartenance sociale sont certainement au centre de ces rêves.

Comparaison avec le père, image intérieure sévère qui se confond avec le surmoi ? Le père apparaîtrait notamment avec cette référence aux rois Louis, Louis XVI, celui dont on a coupé la tête (il faut tuer le père pendant cet oedipe).

Vous avez votre place dans ce monde, mais elle n’est pas clairement définie, pas militaire, pas d’identification vraiment possible, une impression de différence surtout. Vous commencez à vous voir dans ce second rêve, mais sans parvenir à vous situer.

Ces deux rêves sont passionnants, et leur signification trouverait un sens bien plus précis dans des échanges avec vous, pour faire ressortir ce qu’ils disent de la relation à votre père, la façon dont vous avez ou non accepté votre héritage (en terme psychique, héritage de la Loi du Père, celle que Télémaque attend de recevoir de son père Ulysse).



Posez une question ou complétez cet article
  • 14 décembre 2015

    bonjour et merci vraiment de vote interpretation.

    "Ce castrateur interne, cette loi du Père intériorisée, qui impose la justice sans même écouter le Moi du sujet"
    on peut pas mieux résumer !
    Mon père a été cette personne, exigeante moralement et socialement, qui a préféré ignorer les réalités particulières de ses enfants pour nous imposer son idéal catholique/bourgeois. si ça na pas réussi avec moi (jeune je me suis battu physiquement avec lui a cause de ça), je n’ai pas réussi ma vie de mon cote. plutôt rien que son opposé peut etre...

    par contre j’ai toujours echappé a une situation professionnelle similaire, et pour causes ; j ai toujours échappe a une situation professionnelle stable.

    l’image la plus étrange de ce rêve est pour moi cette bulle de verre très épaisse et l isolement, voire l’incarcération, qui en résulte pour le juge que je plains : je vois ce père castrateur en moi a travers la bulle, mais je ne peut le toucher ni l’émouvoir (ni le mouvoir ?) ni échanger (ni le changer ?) avec lui, ma colère, mon sang jeté a sa tete ne l’atteint pas. (souvent dans la vie j ai eu l’impression d etre separe de la realité par une epaisse couche de verre)

    autre chose etrange que je n ai pas compris, que signifie les couples formés par les acteurs principaux et leur assistant ?

    je pourrai effectivement avoir ma place dans un monde choisi et très différends ; ca commence toujours mais ca n’aboutit jamais.

    quand a accepter l’heritage de mon pere, rien que d’entendre cette phrase me bloque toute reflexion !

    j’acceptes avec enthousiasme votre proposition d’échange, dites moi ou et quand ca vous convient, je suis disponible facilement en ce momment.
    trés cordialement.

Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact