Signification rêve

Coups de plaisir, Feu, mer, mélancolie

Bonjour, voici un ensemble de trois rêves assez riches.

Rêve 1 :

Je suis dans un bâtiment, à son rez-de-chaussée et il y a devant moi des objets qui font à peu près ma taille, ici on tourne différents films. Des lianes pendent depuis le premier étage et je m’en sert pour y grimper. Je continue mon chemin à cet étage pour finalement arriver dans une pièce, face à un établi. Le père Noël est derrière moi, il n’est pas très gros. Sous cet établi je prend un livre de Harry Potter.
Enfin, je suis dehors et il y a l’ex de ma copine, je crois qu’il va bien et ne pleur pas.
Je me rappel que ce rêve parlait également de "coups de plaisir".

Auto-interprétation :
Les films, ça rappel aussi les projecteurs, et donc la prise de conscience. Les lianes elles pendent du dessus et me permettent de m’élever, c’est un axe terre-ciel donc qui me permet d’atteindre un but.
Le père apparaît alors, passage fait, comme un père Noël. C’est lui qui apporte les cadeaux aux enfants, la période qui lui est consacrée restant malheureusement de courte durée. Il marque donc une satisfaction matérielle atteinte de courte durée, soulignée par le livre de Harry Potter, la magie.
Pour Jung, la magie c’est "ce qui permet de réparer les erreurs" (cf. Livre Rouge).
Il y a aussi du contraste dans les mots "coups de plaisir", pour moi c’est une mauvaise chose.

Rêve 2 :

Ici on a à faire à un grand rêve.
D’abord je me souviens que je portais un masque de bois et que je l’ai retiré.
Je suis d’abord à la piscine avec l’ex de ma copine et il est question de biscuits.
Puis je me souviens d’avoir été en ville, il fait chaud, très chaud et le soleil irradie. Il y a du feu par endroit.
Je suis en train de traverser une spirale convergent jusqu’à un bar et à son comptoir quand en chemin je remarque une bière sur le sol, elle a un goût de cerise et est esquintée, je crois l’avoir bue. Arrivé au bar je repars dans le sens inverse de la spirale et sur le chemin du retour je peux voir des lunettes de soleil sur le sol. Je m’en cherche et hésite à prendre une des paires. J’en donne une à ma copine ses montures ayant de jolies fleurs.

Une fois sortis de la spirale j’arrive avec elle jusqu’au garage d’une maison où nous sommes nus. Je crois alors avoir des coups de soleil. Nous nous cachons car il y a dans cette pièce des policiers. Il était aussi question de chaussures. Dans ce garage il y avait une télé à un mur et un des policiers était assis dans son fauteuil. Finalement je crois que l’on a discuté avec lui.
On ressort de la maison, à partir de là je crois être seul. Je me souviens que j’étais sur un parking et qu’il y avait une baraque à frite qui crachait des flammes de son pot d’échappement.

Enfin je suis en forêt. Une famille produit du café et veut se mettre au commerce équitable, ils se servent de leur fils, brun aux cheveux courts, pour faire de la publicité. Avec lui et sa sœur nous avons traversé la forêt, grimpant aux branches des arbres pour voyager jusqu’à une table.
Ils me servent une tasse de café et une pour eux également. J’en voulais un sucré mais c’est la tasse d’une autre personne qui finalement a été sucrée. Il n’empêche que j’ai commencé à touiller ma tasse, qui plus est avec ma cigarette. La cendre en est sortie, s’est mélangée au café pour que finalement j’obtienne une bouillasse de cendre, moche et imbuvable que je n’ai pas porté jusqu’à mes lèvres.

Auto-interprétation :
Il manque beaucoup de choses à ce rêve, il était grand et long, je n’ai pas réussi à me souvenir de tout.
Mais d’abord il y a cette image de masque que je retire, ma persona, il est en bois et donc solide dans le sens où il est bien formé je crois.
La piscine et le fait d’y être avec l’ex de ma copine signifie le fait de se questionner sur les sentiments que je porte à celle-ci, mes aussi et avant tout sur ce que je veux.
Le rêve est chaotique, le soleil est étincelant, du feu apparaît par moment, pour moi c’est bon signe car après tout dans le rêve précédent je devais apprendre à m’en servir. Le fait d’offrir des lunettes de soleil à ma copine, qui plus est à fleur c’est lui offrir de l’affection.
Ensuite je porte des coups de soleil, je suis donc brûlé, blessé par le feu et il faut que j’apprenne à utiliser cette énergie toujours.
La chaussure se porte au pied, symbole phallique, retirer la persona qui est un compris entre moi et les désirs de la société c’est accepter mes désirs, accepter de vouloir trouver chaussure à mon pied. Mais j’ai peur à me promener nu ainsi, peur des policiers qui sont les gardiens de la conscience.
Le labyrinthe converge jusqu’au bar et donc jusqu’à la communication. Il y a aussi cette bière qui me fait penser à celle de l’article "Le livre de Sang, l’Irlande, la préhistoire, on réorganise le Soi" et où donc je pourrais incarner la fille rousse cette fois-ci. Mais l’eau n’est pas là. On s’hydrate avec de l’alcool= de l’eau+ du feu.
Puis, cette forêt, symbolisant la femme primitive : premier niveau de l’anima. Vouloir se mettre au commerce équitable c’est aussi selon moi un retrait de projection négative de ma part.
Le café et son symbolisme, toujours en lien avec la dépendance et l’addiction est amplifié par celle de la cigarette et de sa cendre. La cendre, c’est ce qui reste après le feu. C’est aussi ce à partir de quoi renaît un phénix, c’est la fin et le gris, la mélancolie.

Rêve 3 :

Je suis avec mon meilleur ami, on revient de la mer et nous sommes en voiture nous dirigeant vers un rond-point de ma ville natale.
Ensuite je me souviens avoir été avec lui à un festival, nous avons passé l’entrée où l’on nous a donné des kouign-amann en sachet. Puis l’on a rejoint d’autres de mes amis, assis sur une table en haut d’une colline verdoyante. C’est là qu’on a mangé nos kouign-amann après les avoir déballés. Un d’eux, Romain repart chercher du clafoutis à la cerise.
Puis je me souviens avoir marché de nuit le long d’un trottoir de gauche d’une ville pour aller en boîte de nuit. Le videur m’a alors interpellé et répondant que j’étais le seul à avoir bu une bière il m’a laissé entrer. Je descends alors les escaliers pour arriver dans un sous-sol, l’endroit n’a rien d’une boîte de nuit il n’y a aucune soirée ici et tout est éclairé par des ampoules. C’est plus une cave qu’autre chose.
J’arrive donc dans une pièce et ici je voyage dans le temps, je me souviens avoir "rattrapé Romain".
Le rêve se conclue dans ma ville natale toujours mais dans sa partie proche du littoral. J’arrive à un parking seul et il pleut. Antoine est là, il a garé son scooter à côté. Il est venu pour ses parents si je me souviens bien. Il y avait aussi des objets sur le parking mais je ne me souviens plus de quoi il s’agissait.

Auto-interprétation :
D’abord le meilleur ami, je crois avoir lu quelque part qu’il représentait la meilleur facette de sa personnalité, celle donc qui montre que je marche sur une surface stable. Puis vient la ville natale, celle où je suis né et où se trouvait mon foyer familial, je replonge dans mon passé pour ce qui est de la mère. Le rond-point lui symbolise une destination atteinte où plusieurs chemins peuvent être empruntés.
Au niveau du festival (là où on aime passer ses vacances pour se référer aux précédents rêves qui en parlent) il y a passage et on nous y donne de la nourriture sucrée donc de l’affectivité, mais en sachet. La colline est elle un symbole féminin terrestre et la table un lieu de communication.

Puis vient le passage de la boîte de nuit qui se fait sous le contrôle d’un videur (voir gendarme ) qui sert à faire respecter la loi, la loi inculquée. Ayant bu une bière (alcool=eau+feu) il me laisse passer. Il s’agit de comprendre que l’alcool représente l’addiction et la dépendance et donc un substitut d’affectivité. Le sous-sol représenté par la boîte de nuit peut renvoyer au symbolisme de la cave et donc au refoulé. Dans cet inconscient on découvre que j’ai rattrapé Romain, c’est quelque chose d’important, une richesse intérieure car il montre un masculin enfin atteint, presque un dépassement du père, le voyage dans le temps montrant que c’est quelque chose d’intemporel, à limite du définitif.
Or Romain c’est aussi celui qui dans le rêve devait aller chercher un clafoutis à la cerise, encore de l’affectivité, c’est donc aussi être au moment où je devrai la recevoir.

Enfin, retournant dans la ville natale à côté de la mère un de mes meilleurs amis est là. Il pleut symbole de renaissance, de féminité (mer/mère++) mais aussi de tristesse. Mon ami est là pour quelque chose en rapport avec ses parents, sûrement rattraper la mère également.

En conclusion ce sont ces deux derniers rêves qui me renseigne le plus je trouve. Leur fin est semblable, entre gris mélancolique de la cendre dans l’addiction du café et averse de la pluie non loin de la mer/mère.
Il y a donc mélancolie et désir d’un retour à l’état d’enfance dans le ventre maternel avec tout son amour inconditionnel, or il y avait aussi une spirale convergent vers un lieu de communication.


Si je ne comprends rien au premier rêve, en revanche je suis assez d’accord avec vos interprétations des 2 ou 3. Cela ne veut pas dire que j’aurais quelques petites choses à corriger à ce que vous comprenez, je ne suis pas là pour corriger, je l’indique mais c’est une évidence pour moi. Simplement, je le perçois ainsi, en particulier parce que le rêve 2 vous incite, et se termine sur cette image, à ingurgiter la materia prima, à vous emplir pleinement de cette matière noire et commune, or vous refusez le breuvage. Accepter la noirceur est le préalable à toute évolution, or cette acceptation va avec la renonciation à comprendre, à maîtriser.



Posez une question ou complétez cet article
  • 23 juin 2016

    PS : Un Moi gravitant autour du Soi voilà la signification du premier rêve, dans les mots "coups de plaisir" l’ambivalence est ici à celle de l’éros et du logos (thanatos ?.. peut-être.), de la vie et de la raison. Un Moi peau refondu de ce qu’il a appris de la conscience collective, de ce qu’il appris de son Soi.
    On retrouvera d’ailleurs plus loin dans le rêve de nudité ces lunettes de soleil que j’offre. (cf. Mythe du soleil phallique d’où a émergé plus tard la notion d’inconscient COLLECTIF, je pense qu’on peut y faire des liens si on en a le temps)

    Ce 1er rêve renvoie à la notion de père (et Noël pour le collectif) donc d’animus (amant jaloux) sous lequel se cachera encore plus tard des cloportes, au fond de soi et une anima à laquelle répondre.
    Tout est théorie, of course.

  • 9 juin 2016

    Bonjour,
    Après avoir relu mon carnet de rêves, le rêve du café se termine la cendre dedans simplement parce-que c’est là que je me suis réveillé.
    Je ne sais pas si c’est donc un vrai refus de la materia prima ou si l’interprétation est juste faussée de par ce que j’écris.
    Mais, si ça l’est, je ne vois pas non plus ce je me refuse à moi-même de moi-même. Je ne crois pas avoir de mal à accepter la noirceur en moi du moins pas plus que la plupart des gens.

Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact