Signification rêve

Reve 4 - Retour à mon lycée

26 décembre 2000

Je grimpe 4 à 4 les marches qui me conduisent au lycée de ma jeunesse. Dans le hall, je vais à l’escalier principal, très large, mais voilà que je ne prends pas les marches pour monter, non, je m’accroche aux barres d’appuis et monte avec grande difficulté par le coté droit du mur, en escaladant sans utiliser mes pieds seulement mes mains, la rambarde, c’est très pénible, j’ai beaucoup de difficultés à monter, en ne posant les pieds qu’arrivée aux étages successifs.

J’arrive à un évier. j’ouvre les portes du dessous. Dans des seaux de glace il y a un demi saumon (le haut du corps) et un iguane, mais je m’aperçois qu’il n’y a plus que sa peau, comme s’il avait mué.

Il y a tout à coup quelqu’un près de moi, je crois que c’est mon beau père. Je me sens tout à coup coupable, et je dis que ces poissons ne sont pas à moi et je me vois les jeter à la poubelle.

Ensuite, j’entre dans un amphi de fac plein à craquer. Je reconnais quelqu’un avec plaisir, c’est un homme, nous nous saluons de la tête en nous souriant.

Puis je me retrouve dans la rue. Mon ex epoux vient chercher notre fils. Ils partent. Je cherche ma cousine et sa fille des yeux, la rue est vide.

Je me retrouve alors seule, et me met à pleurer en disant « Pour moi, il n’y a jamais personne, il n’y a jamais personne pour moi ».


Le saumon, c’est l’animal qui remonte à la source. L’iguane est un animal archaïque. Il y a un besoin de revenir en arrière, à la source de quelque-chose dans ce rêve (dont le titre indique clairement le besoin d’un retour dans le passé). Et cette montée initiale de l’escalier correspond à une recherche d’un degré de conscience plus élevé.

L’iguane n’a plus sa peau, le saumon est coupé en deux : ce sont des images de castration, de perte très forte, de clivage (coupure intérieure exprimée dans des images projetées sur ces deux symboles).

Or apparaît immédiatement après la culpabilité ("Je me sens tout à coup coupable"). Vous n’êtes pas responsable de cette situation. Or vous le dites à votre beau-père, comme si cette coupure intérieure pouvait être liée à une coupure entre ce beau-père et... votre père (non cité dans le rêve, mais cette absence peut aussi être signifiante, ou non, donc beaucoup de risques dans tous les cas pour une interprétation d’un rêve très ancien, détaché de vos préoccupations de l’époque). Ou encore, comme si une culpabilité oedipienne avait été ressentie face à ce beau-père (mais quel âge aviez-vous à cette époque, j’ignore totalement cette donnée), ou ce beau père en deux mots.

De cette coupure résulte votre solitude actuelle dans le rêve ("il n’y a jamais personne pour moi"). Mais cette solitude, comprise comme la répétition inconsciente d’une scène de l’enfance, raisonne aussi au passé ("il n’y a jamais eu personne pour moi").



Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact