Signification rêve

Echelle d’or, Conjonction d’opposés, tendance séparatrice de l’Anima, CD qui bug, encore.

1er rêve

Dans le premier rêve je suis chez moi, dans ma ville natale. Il y aussi mon parrain et sa femme qui sont là, à l’étage mais je ne me souviens pas les avoir vus

(Dans la vie éveillée, il faut noter qu’ils sont infirmiers ayants suivis une formation en psychologie et ayant travaillés tout deux en hôpital psychiatrique)

On montait à l’étage par une échelle d’or et ce sont eux qui m’ont conseillé de faire des pains, je me souviens de mon père les faisant cuire mais les faisant reposer aussi dehors sous la pluie. Je crois l’avoir traité alors de "sale gosse de riche".

Ensuite je me souviens avoir été sur le parking d’un centre commercial, j’y arrive sur mon scooter et voulant me garer, je chute. C’est alors que partant de mon scooter je vois un garçon portant un couteau à sa main, il a l’air de m’en vouloir énormément et me parle, je n’ai aucun souvenir de ce qu’il me dit mais il me déteste, c’est clair, et veut m’agresser. Au fond, il souhaitait ma mort.

Finalement j’arrive dans une pièce dans le ciel pleine de fenêtres à ses murs dont on a baissé les rideaux. Je crois que s’y préparait un combat. Face à chaque fenêtre se trouvent des verres à pieds contenant de l’eau et peut être des bacs aussi. On a mis des objets ayant la forme de cylindres gris (des torches ?) dans les verres. Enfin, il y avait une femme qui était là aussi. Il y avait une plaque pré-découpée dans laquelle se dessinait un ciseau que l’on pouvait porter en collier.

Je le détache de sa plaque et le met autour du cou de la femme. Sommes-nous au Japon, un Japon dans le ciel ?
Retour chez moi, au rez-de-chaussée j’accroche une feuille A4 vierge au mur.

2ème rêve

Dans le deuxième rêve lors d’une sieste je suis dans un long couloir blanc et lumineux. Sur ma droite, une porte. Elle est fermée à clef normalement et pourtant, j’y entre. On est alors trois dans cette pièce et j’y dépose mes affaires. Puis je ressors de la pièce, la referme à clef et je dois partir chercher mon meilleur amis.

4ème rêve

Dans le 4ème rêve je ne suis on ne peut moins sûr de la chronologie du déroulement.
Je devais me cacher dans un lecteur CD, on m’y proposait plusieurs endroits et là où met le CD je remarquais un circuit informatique. Le CD une fois mis dans le lecteur buguait, en revanche. Ensuite je me souviens avoir été dans un bar où il n’y avait que des hommes. Au mur derrière le comptoir je pouvais voir qu’on y vendait du bon whisky assez cher. On me dis que je peux en prendre, je crois que quelqu’un ici paie sa tournée.

On s’installe alors à une table dans une autre pièce du bar et finalement, on me sert du vin. (Faut il préciser que je déteste le vin ?)

Je me souviens avoir été dans un vestiaire, il y avait là Antoine qui rigolait avec les autres personnes puis je me voyais la tête baissée fouillant dans mon sac. Peut-être de la susceptibilité ?

En ressortant de la pièce on est en ville, on me propose de partir faire un tour en moto. Ma mère m’accompagne sur son vélo puis nous avançons. Nous passons un rond-point, prenons la route droite (et non celle de droite) et je ralentis. En fait, je crois que je m’ennuie avec elle. Je lui dis ne plus pouvoir continuer.

Enfin, je me souviens avoir descendu un trottoir à gauche d’une route et avoir envoyé par portable des messages à ma voisine chimiste. Je lui envoyais beaucoup de smileys et notamment un qui représentait un cadeau. "Comment ça va, la vieille ?" Lui dis-je. Elle m’appelle et me dit qu’il est tard et qu’elle vient seulement de se réveiller.

Un rêve éveillé

Quelques symboles provenant d’un REL très court, fait la journée suivant le dernier rêve : Je suis dans ce qui me semble être un manoir, j’y entre il fait sombre. Il y a une escalier qui me permet de descendre à l’étage inférieur sur ma gauche, je l’emprunte.
Les murs et le sol apparaissent alors rouge et je vois comme sortir de mon corps deux ectoplasmes, deux fantômes, deux âmes déchues d’hommes qui tendent les mains vers là où j’avance.

Arrivé en bas je remarque trois télés, j’ai l’impression que toutes diffuses la même chose à savoir des images en noir et blanc. Je rentre, en passant par son écran dans celle se situant tout à ma droite. Le monde y est toujours aussi noir et blanc et je peux voir un train en pleine ville, il n’avance pas.

Alors je retourne dans le manoir, prends la porte qui se trouve au rez-de-chaussée à droite de l’escalier dont je venais. Elle donne sur une salle, au milieu se trouve un grand feu, derrière un trône et sur ce trou, une personne toute habillée de noir. Fin du rêve.

J’ai peur d’un rétablissement de la persona de par le 4ème rêve.
Le REL semble me confirmer, de par ces fantômes qui sortent de moi, comme des émotions provenant de la pré-histoire (cf article précédant), càd de la relation qui pouvait se dérouler à l’époque, entre ma grand-mère et mon grand père, qui tendent à vouloir sortir de moi. Comme une part du Soi qui voudrait s’exprimer.

En effet les deniers événements de ma vie intime me font penser être à la place de mon père, parfois trop indulgent. Mais aussi à sa place de par le fait d’avoir rêvé de ce garçon qui voulait m’agresser (moi-même, ce qui me renvoi à un vieux rêve où je pouvais entendre "Le père qui déteste le père") d’où ce rétablissement de la persona.

La question est, et si je dépassait mon père ? Et si j’étais moins indulgent que lui ? C’est à l’anima qu’il faut poser la question, elle à qui je viens de donner des ciseaux marque de sa tendance séparatrice.

Deuxième question, serait-ce un réellement dépassement de celui-ci si moi même je me trouve avoir rejoué ses erreurs ? Si j’ai "tiré", non pas cette fois sur ma mère, mais sur ma copine ? Qu’adviendra t’il ? C’est là le chemin de l’individuation et que l’on se pose la question à Soi ou non on ne peut être sûr de la route à prendre.


Votre interprétation parle beaucoup de persona, et donc de la relation à l’autre, car la persona a justement cette utilité, de permettre ces relations. Maintenant, il ne faut pas non plus s’identifier à cette persona, mais de là à refuser son usage comme le misanthrope, il y a un écart...

Or soulignons comment vous vous adressez à (ou pensez) l’autre :
- "sale gosse de riche" ;
- "Comment ça va, la vieille ?" ;
- "je crois que je m’ennuie avec elle." ;

Et comment vous imaginez les autres, leurs actions, leurs sentiments à votre égard (c’est le plus important, car vous parlez des sentiments, il m’aime pas, susceptibilité...) :
- "garçon portant un couteau à sa main, il a l’air de m’en vouloir énormément" ;
- il y a du super whisky mais "on me sert du vin. (Faut il préciser que je déteste le vin ?)" ;
- "Antoine qui rigolait avec les autres"

Alors, quelle vision du monde ?
- "Le CD buguait" ;
- "Le monde toujours aussi noir et blanc" ;
- "un train, il n’avance pas."

Au final : "chez moi, au rez-de-chaussée j’accroche une feuille A4 vierge au mur" : pas vraiment gai un tableau... tout reste à faire !



Posez une question ou complétez cet article
  • 22 mai 2016

    Bonjour Monsieur Groscaux, vos interprétations sont d’autant plus agréables à lire qu’elles sont courtes et mettent d’entrée le doigt sur quelque chose.
    Je ne pense pas refuser l’usage de la persona, or il apparaît également ce collier de ciseaux que je met autour du cou de la femme (chose qu’il aurait fallu que j’édite avant la publication, désolé). S’il y a évolution au niveau de la tendance séparatrice de l’anima n’y a t-il pas usage de la persona de l’autre côté ?
    Un égo à surmonter, voilà ce que montre le rêve si je vous suit donc. Car ce langage je ne l’utilise pas dans la vie courante, il n’apparaît qu’en rêve.
    Je vous demande pardon si le passage sur le goût que je porte au vin vous a choqué, mais je voulait apporter cette précision pour l’interprétation.

    Mais non ces rêves ne me laisse aucun goût amer à tout lire je vois là une vision du monde en blanc plus blanc que le blanc et en noir.
    Je ne saurais dire pourquoi mais il y a ces deux premiers rêve, très lumineux, que je trouve apaisant. Le 3ème rêve (et non le 4ème, encore une fois il faut que je me relise avant de publier) me fait penser à quelque chose dont il faut que je prenne conscience, de par le portable message à/de ? l’inconscient, ça peut passer par le langage grossier. Dû au cd qui bug ? Donc une compulsion de répétition ?
    Mais ce que je me demande c’est à quel passage cela peut-il bien buger ?

    Enfin le tableau, oui, du premier rêve : le plus lumineux.
    Pour moi c’est une avancée car c’est la première fois que j’accroche moi même quelque chose à un mur de ma maison en rêve. Auparavant il y a eu un tableau avec un cheval dans un cauchemar mais là non, je n’ai pas de peur. Vierge certes, figé. Mais pourtant tout ces rêves sont chargés d’une symbolique et plus, de mon inconscient personnel (1er rêve où je me mets à la place de mon père une semaine après avoir été à la mienne pour les mêmes raisons) alors d’où vient ce figé quand j’ai pourtant l’impression de progresser ?

    • 23 mai 2016

      "D’où vient ce figé quand j’ai pourtant l’impression de progresser ?" : la question est parfaitement formulée.

Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact