Signification rêve

Des loups qui ont les crocs

C’est un petit passage mais j’avais envie de le noter.

Le paysage est enneigé, c’est l’hiver dehors, je suis chez moi bien au chaud avec ma famille, mes deux chatons. Je contemple ce paysage par la fenêtre.

On m’avertit qu’il faut rester enfermé à la maison car des loups sauvages rodent dans les parages et n’hésiteront pas à nous manger tout cru.

Rester à l’abri dans la maison ne semblait pas suffisant, ma mère m’a dit que s’ils voudront rentrer, ils le pourront, la porte n’étant pas assez solide pour résister face à leur attaque.

Puis c’est bizarre mais je voyais mes chatons comme des loups dans mon rêve, à la différence qu’ils étaient gentils à l’abri avec nous, leur famille.

Forcément ça faisait peur à tout le monde dont moi, je surveillais la fenêtre voir si je voyais arriver la meute... tout en priant pour que ça n’arrive pas.

A un moment, je me suis dit que nous n’étions pas situé dans un coin isolé de la ville et finalement qu’il n y a aucune raison que ces loups viennent jusqu’à nous, ce qui m’a un peu rassurée...


C’est un scénario qui présente une belle évolution, par une acceptation de l’angoisse le temps du rêve.

Vous êtes dans votre maison, dans votre Moi, avec tous vos objets internes. Un objet interne correspond à l’image interne que l’on a d’une personne extérieur. Par exemple, si je dis "votre mère" apparaît en vous une image de votre mère et des sentiments, des affects.

Or votre Moi est entouré par l’inconnu, l’inconscient, le dehors.

Dans cet en-dehors rôdent des loups. il faut comprendre là le symbole comme les alchimistes le voyaient : une représentation de l’inconscient brut, de la materia prima, de ce qui est en nous mais indifférencié, non reconnu, et donc inquiétant et même menaçant.

Ces loups peuvent vous dévorer (ils "ont les crocs" vous dites dans le titre). Ils menacent de défoncer la porte (la fonction pare-excitation du Moi, la membrane du Moi qu’Anzieu a imagée sous le nom de Moi-Peau).

Et puis, première évolution, vous voyez que vos chats ont déjà quelque chose des loups, or ils sont à l’intérieur, inoffensifs, car ils sont déjà intégrés, objets intérieurs. Certaines de ces forces inconscientes sont déjà en vous, et d’inquiétantes elles sont devenus gentillesse.

Seconde évolution, vous vous dites qu’il n’y a rien à craindre, que vous n’êtes pas isolée dans cette ville. Vous acceptez donc l’angoisse, au moins en partie. Vous n’êtes pas isolée signifie deux choses (en dépassant un peu les termes du rêve certes, mais qui découlent de la notion d’isolement clairement indiquée elle) :
- qu’il existe des liens, car le contraire de l’isolement c’est la création de liens, et si l’on considère la pulsion de mort selon Freud, la pulsion de déliaison, ici ce qui est exprimé au contraire c’est la pulsion de vie.
- que vous êtes proche du centre, plus exactement que vous bénéficiez de la proximité du centre.

C’est donc un rêve qui prouve une solidité rassurante et une angoisse contenue, et c’est toujours un contraste saisissant avec tous les rêves publiés où l’angoisse poussait à l’agir, à la fuite, au combat. Ici, vous restez finalement tranquillement chez vous, avec vos objets "gentils à l’abri".



Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact