Signification rêve

Rêver de viol

Dans ce rêve ou cauchemar, ma mère m’apprend que je suis enceinte d’environ 8 mois, à 18 ans...

Déjà que je trouvais ça jeune, il y avait un énorme problème : Qui est le père ? J’étais dans le désarroi le plus total, je n’arrêtais pas de pleurer devant ma mère car, comme je lui ai dit, je n’ai eu de rapport avec aucun garçon durant ces 8 mois.

Alors je réfléchissais à comment une telle chose aurait pu arriver.
Je suis remontée dans mon esprit jusqu’en Septembre et ai réalisé que j’avais fait une radio durant cette période.
J’aurai été violé à mon insu pendant que je dormais durant l’examen.
C’était trop horrible de penser ça, qu’on est pu abuser de moi dans un état d’inconscience...

Ma mère et moi avions donc décidé de téléphoner afin d’obtenir un rendez-vous avec le radiologue en question.
Dans ma tête, tout se mélangeait, j’allais mettre au monde un enfant qui est le fruit d’un viol, qui lui ressemblerait, ses yeux, son visage...
Mais c’est un être innocent qui n’a rien demandé...
Une grande partie de moi ne voulait pas le garder cependant j’ai quand même décidé que je le mettrai au monde.

Il restait seulement 2 semaines de cours, mon ventre ne se voyait pas encore énormément, alors je pensais le cacher jusqu’aux vacances puis accoucher. Je me souviens avoir eu la vision d’être assise en classe et de devoir cacher le profil de mon ventre arrondi. Je crois que je portais une robe rose pale.

Deuxième phase du rêve, j’ai rêvé de ma maison ancienne de 200 ans.

Beaucoup de gens disait que cette maison était hantée et qu’il se produisait souvent des choses étranges comme des incendies...
Je guettais la fenêtre et étais presque en attente d’un incendie.
Il y a eu un feu d’artifice et ces feux étaient proches de nous, de ma fenêtre mais aussi de celle des voisins...
Le feu a commencé à prendre sur la façade de certains voisins et le voyant venir, j’ai prévenu ma famille de ce qu’il se passait.
Le feu d’artifice disparaît, retour au calme, au jour.

La chose la plus étrange observée était que je n’avais plus de vitres mais surtout plus de rideaux accrochés à ma fenêtre de chambre.
Ils se trouvaient avec la tringle posés à l’autre bout du jardin comme par enchantement.


Je ne peux pas m’empêcher de lier ce cauchemar à votre précédent rêve nommé "L’envie de tuer en toute conscience", car il me semble que ce cauchemar soit intervenu juste après lecture de l’interprétation proposée.

Or cette interprétation soulignait le désir inconscient rencontré par la petite fille pour son père durant l’œdipe, et l’impossibilité de gérer ce complexe lorsque le père ne tient pas son rôle de père. Il ne s’agissait pas dans le cas présent d’imaginer une certaine ambiguïté possible, mais l’impact d’un rejet trop violent, d’un manque d’attention, d’une réponse adaptée aux ressentis de l’enfant. Une difficulté en creux apparaît alors, les désirs œdipiens ne pouvant se résorber, la haine succédant alors souvent à l’amour.

Et que dit ce cauchemar : que quelqu’un a déposé en vous quelque-chose que vous ne pouvez pas librement accepter.
Or l’aspect sexuel et malsain que cette transmission est bien indiqué dans le rêve par l’hypothèse d’un viol.

Je n’ai pas noté de symbole se rapportant au père dans ce rêve. Aussi l’hypothèse d’un rapport entre ce rêve et les conséquences de l’œdipe reste une hypothèse, même si ce silence peut aussi être interprété dans ce sens.

Et comment cachez-vous cette grossesse : par une robe rose pâle = une féminité mal affirmée.

Ensuite, je ne parviens pas totalement à rattacher à cette partie du rêve la seconde qui traite d’un risque d’incendie, si ce n’est pour souligner à la fois le risque de destruction et la notion de famille.



Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact