Signification rêve

Le Tigre (ou Lionne ?) L’oiseau Arc en ciel, les voyageurs du Sud

Fin du reve :

J’aperçois un tigre qui rôde dans la maison. Il se déplace silencieusement. Nous l’épions, et tentons de nous dissimuler à son regard, nous ne cherchons pas à le combattre ou à le faire fuir d’une quelconque manière, juste l’esquiver, crainte et fascination m’animent.

Quelqu’un vient vers moi tenant à pleine main un sac plastique. Cette personne ouvre lentement le sac et libère un petit oiseau au plumage arc en ciel. L’oiselet prend son envol, virevolte comme heureux, mais pour une raison incompréhensible, voilà qu’il vire vers la droite, en descente, comme s’il connaissait des difficultés à voler plus longtemps, et probablement pour se poser. J’ai l’impression d’un envol avorté.

Je suis une carte de la France, je suppose vers le centre, je discute avec deux voyageurs avec lesquels il était question de faire un voyage. Mais voilà qu’ils me disent qu’ils descendent vers le Sud Est, or moi je désire descendre vers l’atlantique, vers le Sud Ouest. Je comprends donc que mon voyage ne pourra pas se faire et que je suis bloquée ici, car je n’ai plus leur moyen de transport pour m’y amener. Je ressens du désappointement, de la déception.

Pourquoi suis je bloquée ? Quel est leur moyen de transport qu’apparemment je ne possède pas, et qui m’oblige à renoncer à ce voyage vers MA destination, et qui sont donc ces deux personnages de mon rêve -

J’ai fait une association avec le fait que ma mère et mon beau père vivait sur la riviera autrefois, j’y suis allée souvent en vacances avec mon fils... la destination du Sud ouest est une destination que nous avons aussi prise ensemble un été....

Et tout dernièrement j’ai réservé un billet de Train pour une semaine à Biarritz courant avril...

Il semble que je fais face à deux "forces qui se manifestent dans ce reve :

  • le tigre (qui se cache derrière ce tigre ?) force, instincts primitifs que je ne fuis pas, mais dont la menace évidente m’incite à la prudence, je me cache de lui, je fais en sorte qu’il ne détecte pas ma présence, je ne cherche pas non plus à détruire ce potentiel dans ce rêve.
  • l’oiseau arc en ciel, qui s’envole mais qui finit par redescendre.. : il me semble que "spirituellement parlant", je connaisse des difficultés. Ce changement de vie dont je suis en quête ne survient pas, car l’oiseau n’arrive pas (ou plus) à voler pour l’instant. Qu’est ce qui l’empêche de prendre son envol, Quelle en est la cause ? (je pense tout à coup que depuis quelques temps, ma cheville droite me fait mal (la gauche parfois aussi), mon poignet droit aussi, je dois passer des radios, radio des hanches aussi qui me font mal... il y a suspicion d’arthrose. Si le diagnostic est confirmé par les radios, c’est le début des emmerdements... car comment entreprendre en clopinant ? Et si j’ai du mal à marcher ? Plus question de crapahuter la !! tout à coup, l’horizon s’obscurcit, je ne suis plus libre de marcher à ma guise..Ce pourrait aussi être cette angoisse de fond pour ce début d’handicap qui se manifeste par l’oiseau arc en ciel qui après un envol se laisse retomber vers la droite d’ailleurs...)
  • Arc en ciel serait le symbole d’un passage accompli, il serait signe d’une ouverture sur le monde dans sa globalité et de l’accès à une verité intérieure..de plus les 7 couleurs qui le composent, renverraient au symbolisme de ce chiffre. Une vision du monde harmonieuse et chatoyante... eh bien c’est raté cette fois ci,cela m’attriste, car je suis bien obligée de constater que pour des raisons encore pas claires du tout, je n’ai pas accompli ce passage.

    Pourquoi ?

    Est ce que les voyageurs du sud constituent une réponse ? Qui se cache derrière ces voyageurs ? Je n’ai pas la moindre réponse à cette question, juste des pistes.

  • Ils possèdent le véhicule pour se déplacer, mais comme je maintiens ma destination sur un autre cap, je suis contrainte de faire du sur place, mon voyage est donc pour l’instant reporté. Je dois être en possession d’un véhicule que je puisse contrôler seule. Il y a conflit, car pour moi la Cote d’Azur représente le passé, mais le sud ouest, puis l’atlantique, puis plus loin encore par delà l’océan, sont des destinations dont je rêve depuis quelque temps déjà...

    Je constate qu’il y a une part de moi, qui s’affranchit du passé, qui veut aller de l’avant, mais elle n’est pas encore totalement libérée pour conduire seule son véhicule, dont elle doit reprendre possession.

    Est ce bien un tigre ? C’est le mot qui m’est venu aux lèvres, mais cependant je n’ai pas souvenir d’un pelage rayé... ne serait ce pas plutôt une lionne...le mot tigre m’est venu, mais je crois que c’est un mélange avec la lionne.


Le tigre et l’oiseau : deux forces inconscientes mais opposées. Le tigre pour son inquiétante puissance, l’oiseau multicolore pour dire (car l’oiseau est porteur d’un message) tous les possibles (toutes les couleurs).

Je commençais ainsi la lecture de votre rêve quand je me suis aperçu que vous aviez déjà fait tout ce travail. Qu’y ajouter ?

Ce qui me surprend, c’est le lien entre ce rêve et le précédent, de combien de nuits sont-ils séparés, peut-être très peu, or l’univers change complètement, passant de la complétude au manque justement. Car l’arc en ciel, qui devait réunir les contraires inconscients : le tigre et l’oiseau, n’a pas fonctionné finalement. Ces couleurs ont "viré" (même si ce terme a été utilisé pour décrire la chute de l’oiseau).

Ensuite, en conséquence donc, vous vous retrouvez bloquée au centre, alors que vous visiez le Sud-Ouest contre le Sud-Est des deux autres voyageurs. Si l’on regarde la carte de France, ces deux directions opposées montrent un écartèlement des jambes. Vous vous focalisez sur la droite (comme l’oiseau au moment de tomber), l’Ouest donc si l’on s’identifie à la carte de France, et eux tendaient vers la gauche.

Or vos associations sont très intéressantes : vous expliquez toutes les raisons qui vous conduisent actuellement à penser ce côté (projet de nouveau départ, ce que l’on souhaiterait à l’oiseau, hypothèse de difficultés physiques potentielles). En fait, dès que vous concrétisez, matérialisez vos attentes, vous vous retrouvez bloquée.

Mais en attendant, vous êtes au centre ! Je vous renvoie à tous ces symboles, le centre est effectivement le lieu d’où l’on part, mais aussi celui vers lequel on tend à revenir toujours. Comment quitter le centre une fois qu’on y est ? La réponse semble être : dès lors que l’on cherche une réalisation au niveau géographique, ou physique, matérielle donc. En visant une réalisation concrète, on prend le risque de quitter son centre immatériel.

Je ne sais pas qui sont "ces deux voyageurs du sud", comme deux voyageurs de l’ombre, qui disent simplement une direction opposée. Mais ce que je comprends, c’est ce conflit entre l’intérieur, l’immatériel, et l’extérieur, la réalisation d’un projet précis, en notant la somatisation de ce conflit, car c’est le corps qui risque de refuser d’avancer dans vos interprétations. Alors faut-il éviter le conflit, ou bien s’y confronter. Lorsque le conflit est intérieur, il faut savoir considérer l’opposé qui s’affirme, et lui laisser une place.


A lire également

Le sceau de feu

La gifle