Signification rêve

Scorpion sur mes doigts

Jusqu’à présent j’interprète seule les cauchemars (au nombre incroyable de 1 par sommeil) qui semblent importants, pourtant celui là je n’y arrive pas. Déjà depuis ma maladie physique, les rêves ont changé (présence régulière des douleurs physiques dans les rêves, me permettant de ne pas me réveiller sans cesse). Souvent mes rêves vont dans tous les sens, sans élément plus marquant qu’un autre, mais pas celui là.

Au début du rêve il se passe plusieurs événements, mais je suis incapable de dire lequel se déroule avant lequel.

- Enfermer dans une prison psychiatrique dont je m’évade en me transformant en dragon pokémon et en m’envolant, détruisant les murs et barreaux.

- Dans cette partie qui vient je suis enfant, me fait kidnapper par une fillette psychopathe. Ensuite, une autorité genre gouvernementale me sauve puis force à jouer l’appât pour capturer la fillette, mais cela échoue, elle s’échappe. J’en sors indemne, les agents me relâchent. Puis je redeviens adulte jusqu’à la fin du rêve.

Vient ensuite le moment autour duquel tout le rêve vas tourner :
Je mange, et je ne sais comment, la fillette (bien qu’absente) trouve le moyen que j’ai un scorpion noir (un peu brillant) sur le dos de ma main. Le scorpion va se balader un peu sur 2 doigts, sans signe particulier de menace, pourtant je suis terrorisée par lui. Il ne me pique pas, mais un liquide étrange recouvre mes doigts. Approchant d’un 3ème doigts qui a une plaie ouverte je panique et tente de tuer le scorpion. Je ne le tue pas en un coup mais en deux, pourtant celui ci reste passif, se laissant tuer. Durant tout le reste du rêve, je ne cesserais de penser à ce scorpion.

Mais le médecin de la prison psychiatrique a vu la scène ainsi que les agents. A cause d’un risque de contamination, les agents envoient le médecin me tuer. Il me conduit de force quelque part. Je supplie celui-ci, puis le menace. On est dans une école lorsqu’il décide d’un arrangement : me faire retourner dans la prison psychiatrique en échange de la vie sauve. Choix que je suis incapable de prendre. Je me refuse autant de mourir que d’y retourner. Puis, je me dis dans ma tête "ah fichu scorpion, tout est sa faute alors qu’il ne m’a même pas piqué."

Bien que ce rêve m’effraie tout le long, le moment le plus terrorisant est celui du scorpion sur ma main. Il est aussi la seule couleur du rêve, je serais bien incapable de dire celle des cheveux de la fillette ou même de la blouse du médecin.

Pourtant je n’ai pas de peur particulière des scorpions. En revanche j’ai été à l’adolescence en hôpital psychiatrique, mais cela je n’en rêve jamais. Tout le long je me pose des questions sur le scorpion : pourquoi ne m’a t’il pas piqué entre les 2 coups, pourquoi se liquide sur mes doigts, que me voulait réellement le scorpion.

Pourtant dans le contexte du rêve, les questions ne devraient pas se situer au niveau du scorpion mais de la fillette. C’est elle qui veux me tuer, le scorpion n’étant que son outil. Pourtant le rêve donne bien plus d’importance au scorpion qu’a la fillette. C’est aussi la première fois que je rêve de scorpion ou d’hôpital psychiatrique.

Le besoin de liberté, de fuite est très présente aussi : l’évasion, fuite de la fillette.


Le scorpion est une menace, il vise vos doigts (symbole très présent durant ce passage, seule partie du corps mise en danger), en particulier l’un d’eux qui a une "plaie ouverte", et il laisse un "liquide étrange". Être piqué par le scorpion entraînerait votre élimination via l’hôpital psychiatrique. Tout cela se passe à l’époque de la fillette, de votre enfance.

Toute cette scène centrale me semble exprimer une angoisse sexuelle. C’est un axe d’interprétation que je vous propose, à vous de lui donner sens, ou pas évidemment. Le scorpion, caractérisé par sa queue, représentant du masculin, dangereux (renforcé par la couleur du scorpion, noir) vient menacer vos doigts, autre symbole sexuel, en particulier celui qui a une fente.

Rien ne se passe mais vous imaginez cependant ce liquide étrange laissé par le masculin que l’on associerait facilement à du sperme.

De tels désirs conduisent à "la prison psychiatrique".

"ah fichu scorpion, tout est sa faute alors qu’il ne m’a même pas piqué."

Et oui, les fantasmes inconscients ont une puissance extrême alors même qu’ils ne correspondent à aucun fait réel.



Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact