Signification rêve

Embarrassante courtoisie

Tout commence sur le seuil d’entrée d’une maison, je suis dans celle-ci face à mes deux parents réunis. Ma mère prend la parole pour me dire qu’elle m’a inscrite dans un stage car elle en a assez de me voir seule dans la vie. Je lui dis que je ne le suis pas mais elle balaye mes propos d’un mouvement de main avant de me dire qu’elle ne voulait pas entendre parler de mes "mauvaises" fréquentations. Je fixe la valise verte à ses pieds qui était sa valise lorsqu’elle avait dix-neuf ans et quand je relève les yeux tout change.

J’arrive alors dans un grand jardin où plusieurs filles du même âge sont installées sur l’herbe à discuter, lire ou se reposer. Elle porte toutes des robes de l’époque victorienne et je m’aperçois que j’en porte une aussi avec tous les accessoires qui vont avec. Celle-ci est d’un bleu clair assez plaisant mais quand je relève les yeux tout change de nouveau.

Je suis attablée avec les autres filles qui sont toutes du mêmes côté, devant une nappe blanche porte de nombreux plats et viandes dont tout le monde se sert abondamment tandis que mon assiette reste vide. Les filles sont face à un homme chacune sauf ma voisine de gauche et moi-même. Je baisse mes yeux vers ma tenue pour m’apercevoir que ma robe n’est plus bleu mais rose (à croire que celle-ci je ne l’ai pas choisie). Un homme vient s’attabler en face de moi mais celui-ci à la soixantaine et a un physique particulièrement repoussant avec ces dents en moins sa barbe mal coupée et sa chemise qui menace d’exploser tant elle est petite.

Il saisit ma main pour y poser un baiser sur le dos et y laisse une coulée de bave que j’essuie au plus vite avec la nappe. Un autre garçon bien plus jeune et charmant s’assoit face à ma voisine. Je regarde donc qui est la plus malchanceuse à notre table pour cette rencontre au hasard et m’aperçoit que l’homme en face de moi est peut-être le pire à cette table. Je suis coupée dans ma contemplation par l’homme en face de moi qui tente de me faire du pied et qui commence à avoir des propos vulgaire à mon intention. Je lui donne un coup sous la table et il hurle de douleur en appelant ces gardes. Je ne sais pas trop ce que je risque mais vu que nous ne sommes plus dans la même époque et que les femmes n’avaient pas tout les droits à certaines époques je me demande ce qu’il pourrait bien advenir par la suite.

Soudain le garçon d’à côté m’interpelle puis glisse sous la table et me saisit la main pour que je l’y rejoigne. Il dit qu’il apprécie l’audace de frapper le maître des lieux qui se croit souvent tout permis mais que je nous ai mis en mauvaise posture. Il se sert des tables pour nous cacher des gardes et me dit qu’il nous faut courir dans le jardin au moment où il le dira. Nous courrons donc comme prévu et il m’aide en restant à mon niveau pendant notre course poursuite avec les gardes. Nous finissons par escalader un mur où je dois retirer ma robe pour réussir et semons les gardes. Je me retrouve en pantalon avec le haut du corset alors que lui a abandonné sa veste pendant notre course. Nous éclatons de rire au même moment après cette aventure. Je finis par regarder mes chaussures que je ne voyais pas tout à l’heure et le décors change à nouveau quand je relève les yeux.

Je suis chez mes frères et le garçon est aussi présent. Il dit qu’il doit bientôt s’en aller et que maintenant qu’il m’a ramenée en terre connue il peut repartir. Je n’ai pas envie qu’il parte ou du moins pas envie de le perdre de vue. Il propose de se faire un câlin ce que je fais sans réfléchir alors que je déteste les contacts physiques et dépose un bisou sur sa joue à la fin de cette étreinte. Il semble légèrement perturbé par mon geste mais reprend vite contenance en me saluant et se dirigeant vers la porte. Je lui demande une manière de le contacter et il me dit de chercher "doug doug" sur les réseaux sociaux. Je lui demande un instant pour récupérer mon ordinateur dans une pièce à l’étage et pars chercher cet ordinateur.

A mon retour dans la pièce principale il discute avec mes frères qui semblent l’apprécier. Je lui demande comme écrire son nom et il me dit "D G H T" je ne comprends pas comment on obtient le son "DOUG" et lui demande alors de le noter et de s’ajouter lui-même. Il le fait mais quand mon second frère réapparaît Doug me dit que c’est fait. Quand je regarde l’ordinateur je ne vois qu’un jeu sur l’écran sur lequel mon frère s’empresse de jouer. On dirait un jeu de construction de logiciel mélanger à Minecraft. Doug explique alors comment se déroule le jeu et je tourne la tête vers la cuisine où une théière siffle avant de me réveiller.


"Il propose de se faire un câlin ce que je fais sans réfléchir alors que je déteste les contacts physiques et dépose un bisou sur sa joue à la fin de cette étreinte" : c’est important dans les rêves de s’essayer à des gestes que l’on n’aurait pas facilement autrement. Or pour votre psychisme, que ce câlin ait été rêvé ne change rien, pour lui c’est réel, comme si c’était arrivé durant votre vie non onirique.

Concernant ce rêve, comprendrez-vous l’interprétation suivante : c’est la rencontre de votre animus, comme précédemment annoncé dans vos rêves (https://www.signification-reves.fr/La-nouvelle-maison).

Pour le dire autrement, supposer que ce jeune-homme correspond à une partie de votre psychisme, une partie de vous, masculin, donne tout son sens à ce rêve. Il repousse le maître des lieux, le référent masculin le plus puissant, pour vous redonner votre liberté, et vous ramener, transformée, dans votre environnement habituel.

Or tout le rêve part de l’image de vos parents. C’est comme s’ils vous demandaient de partir à la rencontre de l’autre en vous, celui-là même qu’ils ne vous ont pas vraiment aidée à trouver...




Recherchez "Embarrassante courtoisie" sur l'ensemble des rêves interprétés sur ce site :

Saisissez vos mots-clés :





Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact