Signification rêve

Une spirale de bois s’entoure sur le bras droit de Lancelot du Lac

Bonjour,
Sans méchanceté aucune, finalement j’aurai peut-être menti en disant que je publierai moins de rêve, mais je ne pense pas que ceux-là méritent un long pavé. En revanche ils sont importants car les premiers du style et notent mon changement de caractère. Changer c’est important, ça me permet de m’ouvrir à d’autres choses et puisque je suis curieux, ça me rend au moins quelque peu heureux.

Premier rêve :
Je rampe pour grimper. C’est difficile, j’ai l’impression d’être spider-man ou bien un militaire en plein parcours du combattant. En tournant la tête sur les côtés je ne vois que de petits cailloux, des rochers. Mais je grimpe toujours plus, toujours plus haut.
Enfin, je me sait être sur une montagne : ce que j’atteints enfin est un poteau de bois qui s’élève haut dans le ciel, je n’en vois même pas le haut. Je peux m’accrocher à lui pour ne pas dégringoler de ce que je viens d’atteindre, mais je ne pense pas être encore au sommet. Là, je sais que mon père est d’un autre côté de la montagne.
Je me demande si elle n’était pas un peu gelée cette montagne puis sans gel.

"Et que dit le rêve ?" :
Je grimpe une montagne, une résistance. Pour ça je rampe, m’abaisse jusqu’à pouvoir me tenir à un phallus, une colonne vertébrale de bois donc spirituelle.
La montagne au moins féminine pourrait être la mère et aussi de l’autre côté se trouve le père. Mais entre nous cela fait plus lien à la copine et au désir de garder ne serait-ce que son amitié.

Deuxième rêve :
Je crois que je viens de finir une course, de voitures peut-être, sur circuit et avec concurrents en tout cas, il y faisait soleil.
Ensuite, toujours en ville ensoleillée, mon père veut que je parte prendre une photo devant une vitrine de magasin. Je ne suis pas sûr de le faire avec mon appareil analogique, je sais qu’il est très bon pourtant. Puis, un peu plus loin en continuant sur le trottoir je m’avance jusqu’à un collège avec deux amis, ils m’incitent à y entrer, à m’approcher d’une haie qui longe de l’herbe dans l’enceinte.
Mais là ! On se fait voir ! Par les surveillants (ou profs) du collège ! Ils lancent une annonce à tout les élèves présents, et ils sont nombreux : tous entendent qu’il y a au cas où des fléchettes à nous mitrailler pour nous immobiliser. Je crois qu’elles contiennent un paralysant.
On sort de l’enceinte et on entre dans un couloir, je m’avance au plus profond de celui-ci jusqu’à un cul-de-sac. Mon ancien voisin (’Seïté’ comme ’c’était hier..’) y écoute sur un ordinateur de la musique. Un bon gros rock en tout cas, bien rentre dedans.
Et enfin la dernière scène, celle pourquoi j’écris ce rêve. Lancelot a l’air de se faire ’’’’’’’adouber’’’’’’’ par le Roi Arthur. Aucune épée ne se pose sur les épaules de Lancelot.
Je crois plutôt qu’il est question d’amour et de confiance qu’il [Lancelot] aurait demandé trop tôt ; aujourd’hui Arthur a l’air de l’approuver (en tant qu’humain ? l’interprétation changerait alors). Lancelot habillé de blanc, lève le bras face au Roi, habillé de noir. Par le Roi lui est lancé une sorte de sort et autour de tout son bras du bois marron ciré s’enroule en spirale jusque vers sa main levée au ciel [si je me souviens bien].
Fin du rêve.

"Interprétation :"
Le regard. D’abord par la photo, figé, que je porte sur l’autre. Ensuite le regard porté sur moi et on voudrait me paralyser.
Enfin en cul-de-sac le regard dans l’harmonie l’émotion (la musique des rêves c’est un peu de l’impressionnisme au final), le transfert positif face à vous est signifié je crois. On y écoute du bon gros rock, mais c’est un cul-de-sac.
Lancelot. La dernière scène résout peut-être l’ensemble de ses apparitions. Lancelot est celui qui convoite Guenièvre la femme du Roi [donc père œdipien], que ce soit lui qui prenne la place du Roi et on tombe sur un œdipe pas finit. Pour la question de confiance, ce qu’elle m’évoque c’est un avis que j’ai l’habitude de tenir : l’émotion jalouse serait dans un couple demander la confiance de l’autre. Le bras, et sa capacité de se plier quand il faut par le coude évoque l’arrivée de Lancelot : démarrer un couple en prenant la femme à quelqu’un d’autre.. C’est peut-être tordu ce que je dis là, mais c’est à ça que j’ai pu faire lien, j’attends votre avis.
Le cirage de cette spirale de bois souligne le caractère +++ de l’objet, sachant que la spirale est déjà un symbole fort en énergie.

Troisième rêve :
Première scène je suis en ville et un vieux monsieur essaie de me coller un escargot sur le bidon ! C’est un cauchemar, je me réveil et ne voulant pas de cet escargot sur mon ventre je le repousse par instinct, mettant un coup de poing dans le vide sur mon lit éveillé.
Deuxième scène je suis dans mon lit à côté de la fille que j’aime, on joue à un jeux vidéo qui se déroule aussi en ville, ou en parc d’attraction plutôt. Il fait intervenir le protagoniste de l’étrange Noël de monsieur Jack. En jouant à ce jeux ma copine amasse beaucoup d’argent durant le grand huit, en jouant après elle je n’en amasse que peu.

Interprétation :
Peut-on comprendre à ce rêve un caractère d’anticipation puis un caractère prémonitoire de la conversation eue avec la copine le jour même ? C’est possible mais pour moi c’est le réveil au cours de ce rêve qui est le plus important et obsessionnel.
Que l’on me colle l’escargot au niveau des émotions et c’est bon, bim bam boum je le rejette violemment tel un gorille !
D’ailleurs ce vieux monsieur, je crois que c’est mon grand père paternel décédé il y a plusieurs années, alors pourquoi lui ? Oui, je crois que cette question débouche bien sur l’héritage négatif du côté paternel.

Dernier rêve :
Je rêve de marcher sur une structure droite et fine, bleue. Si elle n’a pas l’air d’appartenir au monde vivant terrestre, elle semble au moins avoir sa sensibilité et son énergie. C’est comme un axe bleu où à l’un des pôles se trouve une tête de Femme, ce doit-être une déesse. Ce bleu est foncé, non turquoise, je peux remarquer alors que je marche qu’elle ne veut pas que je marche sur elle ainsi, elle me le fait savoir en m’envoyant des vagues d’énergies vertes depuis le pôle de sa tête. C’est assez magnifique.
Deuxième scène en forêt, il fait nuit noire je m’avance dans un bâtiment blanc sur lequel la nature a repris ses droits, et pour rejoindre des adultes en passant des rochers je remarque un scientifique dans mon dos, il est sombre, je n’ai rien vu si sombre.

Interprétation :
Beaucoup d’énergie dans cette première scène, de très belles couleurs, elle m’évoque un peu la nature. La forme de cette déesse pourrait être phallique.
Et pour la deuxième scène, pour atteindre les adultes, je remarque que c’est l’ombre d’un scientifique qui se trouve dans mon dos : faire une individuation pas très catholique, ça pourrait me valoir une grande chute un jour de penser être en droit de réaliser des expériences en pensant tout savoir.
Mais il faut sortir de la forêt noire, sexe féminin ou matrice en devenant adulte.
Alors à cela, à ce scientifique je pense que mettre du rose dans sa vie, que l’anima, est compensatrice.

Cet article ne me met pas fier, et de tout les côtés, mais donne le travail à faire. Je serait ravi de le fournir.


Accéder au père en passant la montagne, grand symbole féminin, incitant au passage certes mais tout de même, cette partie gelée qui ne permet d’accéder qu’à un énorme phallus en bois.

La quête du père qui mène à la représentation d’un féminin inaccessible.

Et ce père qui intervient ensuite (après une course, une compétition, la comparaison) en vous imposant son désir, prendre une photo, s’inscrire dans le figé.

Comme Lancelot attendant son adoubement, vous semblez ensorcelé par ce roi qui vous transforme le bras (moyen d’action) en jambe de bois. Au final, le bras montre le ciel, mais on voit surtout le bras figé, jusqu’à en oublier la direction désignée.

Le masculin et le féminin, je ne relève que ce thème que vous travaillez activement en ce moment.




Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact