Signification rêve

Un rêve dans lequel mon âge change tout le temps

Tout commence dans le salon de la première maison dans laquelle j’ai habitée. Je suis assise sur un tapis en mousse et ma petite sœur se trouve face à moi. Elle a encore ses cheveux très bouclé brun et a des yeux immenses, elle a de nouveau quatre ans alors qu’à l’heure actuelle elle en a 13. Elle tient une poupée Barbie dans ses mains et un accessoire de celle-ci dans l’autre et semble créer une histoire puisqu’elle marmonne comme elle le fait souvent. Je tourne la tête vers le reste du salon et vois mes deux grands frères installés dans le canapé devant un dessin-animée. Étrangement le salon n’est pas positionné comme à l’époque d’il y a presque 10 ans maintenant. Seul le tapis en mousse représente cette époque d’ailleurs malgré l’âge peu avancé de mes frères : 12 et 9 ans. Le reste du mobilier date plus de ce à quoi il devrait ressembler aujourd’hui (je n’ai pas remis les pieds dans cette maison depuis 3 années et n’ai aucune idée de la décoration qu’elle doit avoir aujourd’hui). J’entends ma sœur marmonnée, la télévision regardée par mes frères et un bruit incessant de clique sur une souris. Je n’ai pas besoin de tourner la tête vers l’ordinateur centrale pour savoir qui se trouve sur la chaise devant celui-ci. Ce doit être comme d’habitude mon père qui passe sa vie devant son écran d’ordinateur. Hypothèse qui semble d’ailleurs vérifié puisque le sixième membre de cette famille descend les escaliers du couloir qui se trouve dans mon dos. La voix de ma mère tonne dans le couloir demandant à mes frères d’aller se mettre en pyjama, il court dans le salon et s’en vont en riant en montant rapidement les escaliers. Ma mère, dont je ne vois pas le visage, s’abaisse et prend ma sœur à bras en signalant à mon père qu’elle va la border. Il ne répond pas mais ma mère n’attends pas de réponse pour monter à son tour. La télévision et la souris sont maintenant les seuls bruits que j’entends. Je reporte mon attention sur le tapis de mousse et me rends compte que j’ai une poupée Barbie dans les mains. Je la pose sur le tapis et me lève de celui-ci pour fixer le canapé, l’ordinateur est à côté de celui-ci mais je ne le vois pas, seul le bruit de la souris m’indique qu’il est bien là où je pense qu’il est. Une envie soudaine de partir dans la cuisine me fait aller dans le couloir de l’entrée. Seul le couloir d’en haut éclaire les escaliers et les lumières du salon éclaire le couloir. J’entre dans la cuisine qui elle non plus ne correspond pas à l’âge que je semble avoir et me dirige vers le frigo. Au moment ou ma main se pose sur la poignée de celui-ci tout devient noir.

Ma main suspendue dans le vide par ce geste et cependant éclairé, je tourne ma tête vers la gauche et tombe sur un miroir tout en hauteur qui montre enfin l’image que je renvoie. Je suis en robe de nuit blanche un peu délavé et mon corps et celui que j’ai aujourd’hui ce qui veut dire que je ne suis plus une enfant. Ma peau est blanche mais d’une couleur peu anodine qui me fait paraître malade et mes cheveux sont courts, bouclés et tout emmêlait. Le bruit d’un objet qui tombe attire mon attention vers quelque chose qui se trouverait derrière moi, je me retourne vers une peluche de singe habillé d’une salopette bleue. Je reconnais la peluche comme étant "Kakal" le doudou de mon premier frère. Sa tête est à moitié décousu et un fil bleu la maintient. Je me rappel avoir recousu cette tête lorsque j’avais huit ans après que ma mère m’avait raconté l’histoire de la peluche. Mon frère pensait que la tête de son doudou avait été arraché lors d’un rêve où un grand homme en noir aurait tenté de tuer sa peluche. Ma mère avait alors dis à mon frère que ce n’était pas un rêve mais que l’homme en question était notre père et qu’il avait arraché la tête de la peluche en tentant de faire du mal à notre frère.

Un autre bruit me fais de nouveau me retourner vers ce qui me semble être un homme. Je ne vois qu’une partie de son jean, sa ceinture et le haut de ses chaussures en cuir. Une peur s’empare de moi et lorsque je tourne de nouveau la tête vers le miroir j’ai rajeunis et est maintenant 6 ans. L’homme fait un pas vers moi et ses chaussures font un bruit métallique. Il n’en faut pas plus pour m’indiquer de partir et je pars dans la direction de Kakal qui n’a plus le fil bleu qui retenait sa tête (normal j’ai 6 ans, je n’ai pas encore réparé cette peluche). Je cours et attrape Kakal par la même occasion, je n’ai jamais eut de doudou comparé à mes frères et sœur mais je me dis que si il le perdait ça lui ferait sûrement de la peine alors il faut que je lui rapporte. J’oublie un temps pourquoi je fuis mais un rire qui me fait froid dans le dos me le rappel en un quart de seconde alors je continu ma course. Je cours vite, comme je cours aujourd’hui malgré mon corps qui est si petit pour l’époque. L’homme a du mal à me rattraper mais je sais qu’il y arrivera quand même alors je continue de courir. Il n’y a rien autour de nous à part du noir, on ne peut pas différencier le sol des murs ce qui rend cette course interminable. Il y a pourtant une sorte de lumière vers laquelle je cours et alors que j’y suis presque on me tire par la cheville et je lâche la peluche de mon frère qui roule sur le sol. Je tente de me relever mais l’homme m’a attrapé. Il pose ses mains sur mes hanches pour me maintenir au sol avant de s’asseoir sur mes jambes. Je sens chacun de ces gestes comme des brûlures et tente de m’enfuir vainement. J’appel Kakal à l’aide même si c’est absurde et j’entends l’homme me criait de me taire. Il retire ses mains pour attraper mes bras et en tord un en maintenant l’autre dans mon dos, je hurle et Kakal disparaît.

Je me réveille alors dans la chambre de mes 7 ans tranquillement allongé dans mon lit. C’est l’ancienne chambre de mes frères mais repeinte ce qui m’indique approximativement mon âge puisque celle-ci a était repeinte après la séparation de mes parents soit à cette époque là. Je marche jusqu’au couloir de la maison et toutes les portes sont ouvertes, la décoration de la chambre de mon père indique l’époque de mes 11 ans (époque où il y avait une absence absolue de miroir dans sa chambre) alors que la chambre de mes frères indique celle de mes 13 ans (désertée par mes frères qui ne vivent et ne viennent plus chez notre père). Le bruit de la télévision d’en bas m’indique où se trouve ma soeur qui doit avoir l’âge qu’elle avait la dernière fois que nous étions dans cette maison soit 11 ans. Le générique d’un animé qu’elle aime regarder se faisant entendre. Les clics d’une souris d’ordinateur m’indique aussi où se trouve notre père. Je me dirige vers la salle de bain qui elle correspond à l’image que j’en avais la dernière fois que je vivais dans cette maison. Je pars vers le miroir et me fixe dans celui-ci. Ma peau est toujours blanche mais mes cheveux lisse long et noir comme mes yeux. Mon visage n’exprime aucune émotion et soudain la fille dans le miroir ne semble plus être moi. En effet c’est comme-ci je m’étais dédoublé.

J’apparais d’ailleurs dans l’apparence que j’ai aujourd’hui derrière elle dans le miroir mais fais un pas de côté afin de mieux l’observer ce qui fais que je ne m’y reflète plus.
La petite lève ses mains à son mains et les pose sur ses joues. Elle tire sur celle-ci puis relève son nez avec ses mains puis son menton avant de tirer de nouveau sur ses joues dans une grimace. Elle tente de dessiner un sourire sur son visage avec ses doigts mais ne semble pas parvenir à un résultat convenable. Tout à coup elle se défait du miroir pour faire tomber un bac de vêtement sur le côté et semble s’énerver contre celui-ci. Elle se remet ensuite face au miroir et recommence à tirer sur ses joues. Puis elle s’assoit contre la baignoire, replit ses genoux tire sur ses cheveux en se balançant d’avant en arrière en chantonnant une comptine qui me semble familière. Elle se relève de nouveau se remet face au miroir mais ne joue plus à tirer sur ses joues. Elle fixe juste son reflet droit dans les yeux avec le visage baissé puis elle se met à pleurer et hurle en brisant le miroir dans un coup. Elle s’assoit de nouveau contre la baignoire replit ses genoux, tire sur ses cheveux en se balançant et chantonne. Ainsi s’achève ce rêve.


Je regroupe vos rêves dans un même dossier.

Ce dédoublement final donne l’impression d’une coupure interne, d’un clivage, entre deux parties internes. Comment l’expliquer ? Cette scène, de l’homme vu à l’age de 6 ans, ne vous rappelle aucun souvenir réel ?




Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact