Signification rêve

Téléspectateurs

Consultez notre dictionnaire des rêves

Bonjour tout le monde, j’espère que vous avez bien dormi et que malgré ces rêves et ces cauchemards qui font surface vos nuits resteront les moments les plus relaxants de vos soirées.

Contexte du rêve

Sur ce j’enchaîne avec le mien mais pour commencer je dois introduire la raison de sa venue. Tout d’abord je me présente, Kuro 16 ans. Quand j’étais un peu plus jeune j’étais un être très renfermé et encore maintenant. C’est pourquoi ma chambre était mon seul moment de bonheur. Je passais mes journées dedans, j’écrivais, je passais mes journées sur internet et puis j’étais un sacré fan d’animés japonais. Et récemment sur youtube j’ai découvert qu’un guitariste qui faisait des featuring avec le synthétiseur japonais dont j’étais fan a ressorti une nouvelle gamme de chanson. J’aime vraiment ces chansons, après il n’y avait jamais de clips : juste une image noire accompagnée d’une illustration tracée en blanc qui représentait le synthétiseur sous forme de jeune fille mais c’était très abstrait. Ou des fois c’était juste des formes abstraites en rapport avec les paroles. Et donc j’ai écouté pas mal de ses chansons et dans les suggestions il y avait des autres chansons du synthétiseur japonais. J’ai donc cliqué sur l’une d’entre elle, et c’était là ma grave erreur.

Ça parlait de pratiques masochistes et à moitié zoophile. Car les deux personnages de l’histoire de la chanson étaient un kitsune (renard légendaire japonais qui possède plusieurs queues) et une araignée sous forme de deux jeunes filles. Ça rendait aussi un côté homosexuel plutôt que zoophile. Mais enfin bon je ne me suis pas limité à cela, c’est donc la deuxième video qui m’a alerté.

C’était l’histoire d’un orphelinat au beau milieu d’une forêt où le jour tout est si beau qu’on a plus envie de quitter ces jeunes enfants. C’est seulement le soir où on commence à comprendre pourquoi on ne veut pas vous laisser partir. On y fait des pratiques affreuses sur des pauvres enfants et ceux-ci vous empêcheront de partir tant que vous n’aurez pas subi le même sort qu’eux si j’ai bien compris. Ils vous implorent de jouer avec eux et ils vous encerclent. Et c’est à la fin ou le synthétiseur apparaît à nouveau sous sa forme physique, avec une tête dépitée penchée vers le bas. Et elle la relève lentement et nous tend un sourire démesuré ainsi que son hachoir. Et c’est la fin.

Voulant me changer les idée j’ai commencé à trier tout le bordel autour de moi et je n’avais pas désactivé la lecture automatique sur YouTube. Donc une troisième vidéo s’est jouée toute seule, de loin je voyais juste une image blanche avec des dessin au noir. Alors je me suis dit que c’était encore mon guitariste alors j’étais content et j’ai pas regardé mon écran de toute la durée. Mais lorsque le synthétiseur s’est mis à chanter il chantait en anglais et non en japonais. Ce que j’ai trouvé étrange également, j’écoutais et je comprenais tous les mots et c’était vraiment glauque. C’était en réalité l’histoire d’un cannibale moitié fou moitié pédophile. Il s’en prenait bizarrement qu’à des enfants. Et à la fin on entend des espèces d’échos fantomatiques. C’était en fait les paroles de l’auteur de ces crimes car oui l’histoire est basée sur de fait réels.

Vous vous demandez pourquoi je n’ai pas changé de musique ? Bah tout simplement parce que la curiosité me ronge rapidement et que par ailleurs nous n’avons pas les même goûts musicaux. Et donc j’ai regardé à nouveau les suggestions qui me proposaient la fin de cette chanson. Et je l’ai donc joué, et c’était bel et bien les paroles de l’homme qui disait haut et fort qu’il a apprécié découper le corps de cette nana en morceaux et qu’il lui a fallut 9 jours pour la manger entièrement. J’ai donc joué la playlist de mon propre téléphone.

Le rêve qui s’en inspire

Voici comment les événements suivants ce sont produits dans mon sommeil. J’étais attaché et bâillonné sur une chaise dans des sortes de coulisses de plateau de télévision ainsi que deux autres personnes. Puis le synthétiseur sous sa forme physique se pointe devant nous. Elle tourne une grande roue avec des sortes de signaux. Car l’un de nous allait rendre l’âme sur les écrans à l’instant même. Elle se faisait un doux plaisir de nous regarder tétanisés. Et comme par hasard c’est tombé sur moi, mais elle m’a dit que j’étais libre et elle me détache par la suite. J’étais totalement confus car pour moi il s’agissait d’un piège et elle me pousse pour m’écarter des deux autres.

C’est alors que je prends calmement la fuite par une porte au fond. Je la franchis et je me retrouve nez à nez avec un énorme couloir comme si j’étais dans un sanatorium délaissé avec des portes de chaque côtés. Je m’avance donc lentement afin d’être sûr de ne pas entre poursuivi, j’avais déjà dépassé quelques portes. Soudain j’entends le cri strident et déchirant du synthétiseur à ma poursuite. Elle hurlait, car elle avait fait passer ma libération pour une fuite, ce qui l’a particulièrement mise en colère.

Je me réfugie donc dans la première pièce qui me tombe dessus. C’était des toilettes et il n’y avait que deux cabines et sur la porte de l’une d’entre elle, il y a avait des écharpes de couleur bleu et rouge vif. Je me précipite donc dans celle-ci. Je replie tous les membres sur moi, assis sur la cuvette. Et elle pousse la porte de la pièce et relâche un étrange rire. Elle ouvre la cabine d’à côté et il se trouvait que je n’étais pas le seul à fuir. Il y avait donc deux hommes à qui ces écharpes appartenaient, avec moi. Mais sans pitié, elle les a poignardé plusieurs fois laissant un bain de sang couler jusqu’à ma cabine. Ayant terminé avec les deux individus elle se remit à ma poursuite, elle poussa donc la porte de ma cabine à son tour.

Et à ce moment là je n’ai pas compris comment ni pourquoi mais je me suis glissé dans la cabine d’à côté en compagnie des cadavres ensanglantés. C’est alors que quelqu’un se trouvait à ma place ! Je l’entendais l’implorer d’arrêter, mais de nouveau elle l’élimina et elle quitta la pièce sur le champ. Je ressorti de la cabine couvert de sang sur mes habits. Je me suis empressé de sortir et de franchir la porte de sortie. Bizarrement plus de blessures ni de sang, plus rien !

Je me retrouve donc dans ma chambre avec mon ordinateur sur mes genoux et j’étais sur un site de vente pour acheter des couteaux. Et je reçois un message du synthétiseur, donc de la femme qui me traquait depuis tout ce temps, qui me menace de me tuer si je ne tue pas quelqu’un. Ma petite sœur ouvre la porte de ma chambre bien obscure laissant un filet de lumière dépasser. Je voyais que sa silhouette mais pas son visage, et elle s’avance vers moi et elle me dit : "ils sont où les couteaux que tu m’avais promis ? Il faut qu’on tue maman".

C’est à ce même moment que ma mère entre dans ma chambre, s’asseyant près de moi et elle me gronde : "C’est à cause de toi qu’elle est comme ça ! Il faut que tu changes impérativement. Tu ne devrais pas me tuer." Sur ces mots je poussais un long rire. Et je me suis réveillé.

Je retiens les thèmes dominants suivant : sang, effroi, famille, meurtre, les lames et solitude.


Il est diabolique votre rêve ! Avec cette introduction qui le met en scène à merveille, qui le met en valeur tel un écrin, il devient un véritable bijou.

Bijou de perversion et de perversité. Si vous voulez vraiment comprendre les fondements de votre attirance pour ces matériaux et leur utilisation inconsciente dans ce cauchemar, c’est du côté du narcissisme qu’il faut aller chercher. Mais là, on ne parle pas d’échange via un simple site internet, mais réellement de thérapie. Pas parce que vous êtes fou de rêver cela, pas une seconde, mais ce rêve dénote l’impact de ces vidéos sur votre psychisme, et l’endroit où elles se logent dans votre imaginaire.

Vous écriviez dans le descriptif de votre rêve : "Des états d’âmes réels, des situations un peu trop bien déjouées" : entre réalité et imaginaire qui s’amuse de l’horreur (Trop bien des jouets !).

Ce qui est extraordinaire, c’est le titre que vous avez choisi : téléspectateurs. Tel est spectateur. Entre acteur et télespectateur, la limite est celle qui existe entre le masochiste et le sadique.




Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact