Signification rêve

L’impermeable blanc : un symbole d’amour et de haine

Consultez notre dictionnaire des rêves

voici un reve curieux, car dans les jours precedents je n’ai rien vecu qui s’apparente à cette scène. peut etre Noel qui approche...?

Je suis à une table de café en terrasse avec des amis. Et voilà qu’un chien de type bouledogue vient lever la patte sur mon imperméable blanc (c’est l’imperméable blanc de ma mère, que je porte parfois) accroché sur ma chaise.
Je suis agacée, bien sur, et je vois la propriétaire du chien, accompagnée de sa petite fille, qui s’amuse de l’incident, Elle semble même très fière de son chien ! ce qui me la rend antipathique. C’est une femme imposante aux cheveux courts bruns, qui portent des lunettes fumées peut etre, on ne voit pas bien ses yeux, le genre de personne qui n’en fait qu’à sa tête, et qui se moque facilement, qui ne respecte rien ! Je me lève et lui dis que puisqu’elle trouve ça si drôle, alors cela ne lui posera pas de problème de payer la note du teinturier ?

Elle s’éloigne dans le but de se soustraire aux conséquences, mais je la suis tranquillement, déterminée, et lui dit que si elle ne me donne pas sa pièce d’identité, j’appelle la police. Elle m’ignore et continue de s’éloigner, pas gênée, pas inquiète du tout. Elle porte un gros carton dans ses bras. Alors tout aussi tranquillement, j’en soulève un coté, et le renverse sur le sol, tout les objets qu’il contenait s’éparpillent. Nous nous défions.

Là, elle marque un temps d’arret, puis ouvre son sac, sort sa carte d’identité qu’elle me remet. Je l’ouvre, et j’y vois une photo (inhabituelle pour une carte d’identité), en noir et blanc, la femme est de profil, il y autour d’elle d’autres personnes, et derrière il y a des arbres verts (pourtant la photo est en noir et blanc) et meme la façade d’une maison ancienne, maison de maitre, blanche. Je suis fugacement transporté dans ce monde, et je ressens l’ambiance, une sorte de réunion familiale, d’un autre temps aussi, c’est un cliché d’un passé lointain.

Je m’éloigne en lui disant que je vais en faire une copie, tandis qu’elle ramasse ses effets.

Mais voilà que je dois repasser par le petit tunnel, une sorte de passage étroit, que j’avais emprunté plus tot dans le reve, et sans problème. Sauf que cette fois-ci, je suis embarrassée, et puis j’ai cette peur d’y rester coincée... Je tergiverse quelques instants, réfléchissant à la meilleure façon de m’y introduire, quand je finis par me dire que je n’ai qu’à m’y prendre comme à l’arrivée, et faire ça vite même. Mais je ne me vois pas le faire, car, je me suis réveillée en sursaut, et je sais que je suis en retard pour aller au travail, mon réveil à sonner depuis un moment maintenant.

... l’imper de ma mère, un chien qui fait ses besoins dessus, une proprio qui me nargue, mais qui finit quand même par ceder à ma demande.. la notion de famille est là aussi, mais cette femme dans le reve ne ressemble physiquement à personne que je connaisse. Pour le culot, ça oui, il y a bien deux personnes dans ma famille qui lui ressemble, ma tante et sa fille, ma cousine carole.

Mais il ne s’agit pas d’elles. L’objet qui pose le theme est cet impermeable, de ma mère. La mémoire de ma mère, est au centre du conflit apparent.
La mise en scène du chien temoigne d’un mepris de l’objet-souvenir de ma mère, de tout ce qui lui est rattaché, et sa proprietaire se rit en quelque sorte de l’importance que je lui accorde, car cette mère ne mériterait pas tant d’hommages (Mais je n’ai pas de petite fille..??.). Le chien qui pisse dessus, une provocation, une insulte à sa memoire. J’y vois meme une colère secrete non formulée, deniée par celle qui porte encore l’imper blanc parfois..mais bien secretement revendiquée par l’ombre..

La photo nous en apprend davantage : elle me présente sa carte d’identité, l’identité qu’elle se serait choisie dans une autre vie ?, nostalgie d’une epoque revolue (famille reunie meme dysfonctionnelle) ?, je l’ignore, mais il y a cette jolie maison de maitre, que je n’avais jamais vu, bref tout ce que je n’ai pas eu, ou que je n’ai plus, mais dont une part de moi n’a pas encore fait le deuil et qui se révèle à ma conscience au travers de cette altercation... regrets et colère.

En traversant le tunnel une première fois, il m’a emmene là, à prendre conscience de la difficulté dans laquelle je me débats encore inconsciemment, je suppose...

Et C’est pourquoi il y a inconfort à retourner dans le passage, en sens inverse, pourquoi je me reveille avant : je ne peux plus faire marche arriere et denier, n’est ce pas ? Elle et moi ne faisons plus qu’un à présent, je devais l’accueillir consciemment, elle et sa colère et ses regrets. A son tour, il lui faudra accepter son histoire, et surtout qu’il n’y aura jamais réparation... et je l’espère pardonner à cette mère son depart prematuré, ainsi que les griefs encore vivaces dont elle l’accable encore... Il suffit peut etre de travailler à se souvenir que nous commettons tous des erreurs, par ignorance la plupart du temps, et ne plus se déterminer en fonction des comportements des autres à notre egard.

Bref, il va falloir que l’on se parle "toutes les deux"... :-)


Le rêve a lieu alors qu’il faut se lever pour aller au travail, aussi un lien avec le travail n’est pas à exclure. En fait, je ne peux m’empêcher de lier ce rêve à l’incident que vous rapportez à la fin du rêve "en transit" (ici). Un moyen onirique, dans votre droit cette fois encore, de pouvoir vous venger, de défier celui qui vous a attaqué sans aucune raison, d’obtenir réparation, la loi du Père.

Mais toute votre interprétation me semble parfaitement justifiée. La maison de famille, attribut de la femme avec laquelle le conflit s’est déplacé sur un objet familial, l’imperméable de la mère. La famille, à l’approche de Noël. Celle d’une autre, qui, forte de cette appartenance, peut vous mépriser, comme si la famille lui donnait des droits dont vous ne disposez pas. Enfin, vous écrivez tout ça mieux que moi. Oui je pense que vos commentaires sont parfaitement justes.

Et votre agressivité pourtant justifiée ne trouve pas prise sur cette autre. C’est ça l’essentiel me semble-t-il, et qui explique mon premier rapprochement : permettre à votre agressivité de se libérer. Ensuite, d’où vient ce sentiment d’injustice qui a généré l’agressivité ? De la relation à la mère, à la famille... C’est à la fois, bien plus que ce que je pourrais en dire, votre histoire et votre propre regard sur cette histoire qui ont un intérêt.

L’agressivité, le défi : comment en sortir ? Par un passage étroit, qu’on appelle acceptation ici, résilience ailleurs (retrouver l’état antérieur, car il s’agit de repasser par ce tunnel), ambivalence aussi pour reprendre l’amour et la haine mêlés dans votre titre..




Plan du site | Consultation pour interpréter votre rêve | Partenaires | Légal | Contact